Changer de regard sur l’emploi et le handicap avec le projet ACCESS

Hello, hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Je reviens ici avec du baume au cœur pour vous parler d’une pépite de projet européen, le projet ACCESS. Avant de vous en dire plus, je dois vous dire que je suis porteuse d’un handicap moi-même. J’ai longtemps fait comme si ce handicap ne me contraignait pas, avant de finalement l’accepter. Il fait partie de moi, il me rend singulière et unique.

Il y a quelques semaines, j’ai fait des recherches sur les projets européens dans ma région pour le concours de blog #EUinmyregion organisé par la Commission européenne. Je suis de celles qui remarquent les drapeaux européens sur les bâtiments publics, synonyme de soutien financier de l’Europe aux infrastructures locales. Mais je dois vous avouer que mes projets européens préférés ne sont pas ceux qui visent à financer des bâtiments, mais des rencontres entre les européen.ne.s.

C’est ainsi que j’ai découvert le projet ACCESS, qui vise à faciliter l’accès à l’emploi de jeunes en situation de handicap, notamment avec une déficience intellectuelle. Ce projet de deux années est porté par une belle équipe, qui m’a accueillie avec enthousiasme à Laval, dans les locaux du DJINH. Un espace où les jeunes sont reçus par des professionnels passionnés par leur métier, qui accompagne les jeunes pour construire avec eux un parcours vers l’emploi.

Je connaissais les ESAT, ces entreprises qui donnent un emploi aux personnes en situation de handicap. On parle d’un milieu « protégé » par opposition au milieu « ouvert » qui est celui de toute autre entreprise. L’Europe œuvre pour l’inclusion, c’est à dire l’accès au milieu ouvert pour toutes les personnes via son programme ERASMUS+. Les équipes du projet ACCESS (jeunes/parents/associations/entreprises) vont se rencontrer pendant la durée du projet en Angleterre, au Portugal et en France.

Ces rencontres visent à permettre la création d’un guide de bonnes pratiques pour les associations et les entreprises. Pour les jeunes et leurs parents, partir en groupe permet aussi de sortir de son quotidien, d’aller à la rencontre d’autres jeunes et parents avec une culture et une langue différentes.

L’équipe du GEIST en Mayenne accueille cette semaine les partenaires européens et me permettent de les suivre lors de leurs activités. Je reviendrais vous parler de mes observations et de mes rencontres avec des mamans d’Europe anglaises, portugaises et mayennaises.

L’agence Erasmus a édité un guide sur la mobilité européenne pour tous : lien ici.

Et vous les Mamans d’Europe, connaissiez-vous les échanges européens pour la formation? êtes-vous concerné.e par le handicap sur votre lieu de travail? Faites-moi part de vos retours en laissant un commentaire!

Publicités

Le Chainon manquant, ma sélection

Hello, Hallo, Buon giorno les Mamans d’Europe,

Depuis notre dernière balade à Berlin, je suis à fond dans les projets de rentrée et comme c’est mercredi, j’en profite pour partager avec vous ma sélection de la programmation du Chainon manquant. Ce festival qui prend place chaque année dans la ville de Laval offre une palette de possibilités de sorties culturelles avec (ou sans) les marmots. Imaginée comme le trait d’union entre les compagnies et les programmateurs, ce « marché vivant » des arts de la rue, du théâtre, de la danse anime la ville du 12 au 17 septembre. Profitons-en!

Pas facile de faire un choix parmi la riche programmation, j’ai cependant eu des coups de cœur pour les compagnies européennes, qui représentent 1/3 de la programmation.

Piletta ReMix // fiction radiophonique du Collectif Wow // Belgique

Frères // théâtre d’objets // Compagnie Les Maladroits

Marla portrait d’une femme joyeuse // Théâtre en flammes // Suisse

Jazz for kids // Manuel Hermia //Magic mirrors // Belgique

Bon festival à tous !

Le Chainon manquant – 12 au 17 septembre

Une application pour smartphone est disponible pour suivre la programmation

 

Et vous, quels sont vos coups de cœur dans la programmation? quel festival aimez-vous faire en solo/en famille? Racontez-moi.

#EUinmyregion le lien vers mon article

Hello, hallo, buon giorno les parents d’Europe,

Je suis très fière de voir que mon article sur le Salon Croque les mots marmots ait été traduit en anglais pour le concours européen de blog : EU in my region.

Pour me soutenir, vous pouvez cliquer sur ce lien et partager, donner une note pour augmenter ma visibilité.

Merci d’avance pour votre soutien!

 

 

 

To be or not to be une touriste digitale en 2017?

Hello, hallo, buon giorno les Parents d’Europe,

Je suis ravie de vous retrouver suite à mon dernier article sur un festival de livres pour les touts petits à lire ici. J’ai inscrit cet article pour le concours de blog « EU in my region » qu’on pourrait traduire l’Europe dans ma région. Aujourd’hui, je voulais partager avec vous une expérience que j’ai vécu la semaine dernière : ma première intervention en tant que blogueuse.

A l’invitation de Laval Mayenne Technopole, j’ai participé à une table ronde à la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Mayenne, en partenariat avec Mayenne Tourisme. Il était question des « Astuces et habitudes de voyage en 2017: quel impact du numérique? « . Devant un public de professionnels du tourisme (restaurateurs, hébergeurs, offices de tourisme),  deux voyageurs, deux professionnels et deux consultants voyage se sont exprimés.

Les grande tendances

Françoise Clermont, consultante en Tourisme, a donné les tendances du marché touristique. Les touristes sont des touristes digitaux : 77% d’entre eux préparent leur voyage en ligne et paient 20 à 30% de leur voyage en ligne. La recherche par contenu visuel a pris le pas sur la recherche par mots, d’où l’importance de bien référencer les images. La mise en scène du service est ce qui fait choisir le touriste entre un service A et B. Le marché a évolué en partant d’une offre standardisée, puis segmentée, à une offre actuellement hyper personnalisée.

Françoise a cité l’exemple du Berceau savoyard, un gîte qui a repensé sa communication à l’aide d’un vidéaste.

Ma pratique du voyage

Préparer mon intervention m’a demandé de prendre du recul sur ma façon de voyager. J’ai commencé par un constat simple, la jeune femme partie vivre en Irlande en 2000 et la jeune mère 15 ans plus tard n’ont plus du tout la même façon de voyager.

Je prépare beaucoup plus mes voyages grâce à Internet. J’y effectue la plupart de mes réservations en ligne (transports, hébergements, visites).

Cependant, ce qui a le plus évolué, c’est mon rapport aux professionnels touristiques ainsi que mes attentes. Avec les réseaux sociaux, je ressens une forme de proximité, je peux les interpeller, leur parler par Twitter/Facebook/Instagram bien avant mon départ.

J’attends d’un voyage de vivre une expérience, non plus seulement d’aller d’un point A à un point B. Et les blogs de voyage jouent un rôle important dans mes choix. Je fais confiance à ceux qui ont testé, apprécié, recommandé tel ou tel endroit. Je m’identifie facilement et me projette dans ces destinations grâce aux magnifiques photos des blogueurs voyage.

Je me suis aperçue de mon approche « circuits courts » s’appliquait aussi aux voyages. De la même façon que je limite le nombre d’intermédiaires pour mes légumes, je n’ai pas recours aux plate-forme de réservation qui prennent d’importantes commissions. Je préfère réserver en direct, auprès d’indépendants ou de chaînes aussi parfois. Ce point a largement fait débat entre professionnels de voyage qui sentent que leur visibilité passe par ces centrales mais « délocalise leur marge » auprès d’entreprises installées dans des paradis fiscaux…

Ambassadeur de son voyage

J’ai bien aimé l’intervention du second voyageur, Eric Leboissetier, qui a dit que nous étions tous des « ambassadeurs de nos voyages auprès de nos communautés ». Lui partage ses photos de voyage sur ses réseaux sociaux et s’inspire de celles de ses amis pour imaginer ses futures destinations. Il revenait de trois semaines dans les pays baltes, chanceux.

To be or not to be…sponsorisé?

Je ne suis pas dupe de la commercialisation de certains articles pour promouvoir tel ou tel service. Mais je suis reconnaissante quand le blogueur.la blogueuse prévient qu’il a été sponsorisé.e, ou bien que sa nuit/son repas ont été offerts.

La question m’a été posée de la commercialisation de mes articles. Ce n’est pas un cap que j’ai franchi. Premièrement, on ne me l’a pas proposé. Secundo, je ne sais pas quelle quelle écriture j’aurais si j’étais sponsorisée. Après, je fais très naturellement de la recommandation sur des produits et services auxquels je crois, qui sont cohérents avec mes valeurs.

Et vous les Parents d’Europe, préparez-vous vos voyages en ligne? Lisez-vous des blogs pour préparer vos voyages? Quelle influence ont ces blogs sur vos choix de destination? Dites-moi en commentaires!

Sandra