Changer de regard sur l’emploi et le handicap avec le projet ACCESS

Hello, hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Je reviens ici avec du baume au cœur pour vous parler d’une pépite de projet européen, le projet ACCESS. Avant de vous en dire plus, je dois vous dire que je suis porteuse d’un handicap moi-même. J’ai longtemps fait comme si ce handicap ne me contraignait pas, avant de finalement l’accepter. Il fait partie de moi, il me rend singulière et unique.

Il y a quelques semaines, j’ai fait des recherches sur les projets européens dans ma région pour le concours de blog #EUinmyregion organisé par la Commission européenne. Je suis de celles qui remarquent les drapeaux européens sur les bâtiments publics, synonyme de soutien financier de l’Europe aux infrastructures locales. Mais je dois vous avouer que mes projets européens préférés ne sont pas ceux qui visent à financer des bâtiments, mais des rencontres entre les européen.ne.s.

C’est ainsi que j’ai découvert le projet ACCESS, qui vise à faciliter l’accès à l’emploi de jeunes en situation de handicap, notamment avec une déficience intellectuelle. Ce projet de deux années est porté par une belle équipe, qui m’a accueillie avec enthousiasme à Laval, dans les locaux du DJINH. Un espace où les jeunes sont reçus par des professionnels passionnés par leur métier, qui accompagne les jeunes pour construire avec eux un parcours vers l’emploi.

Je connaissais les ESAT, ces entreprises qui donnent un emploi aux personnes en situation de handicap. On parle d’un milieu « protégé » par opposition au milieu « ouvert » qui est celui de toute autre entreprise. L’Europe œuvre pour l’inclusion, c’est à dire l’accès au milieu ouvert pour toutes les personnes via son programme ERASMUS+. Les équipes du projet ACCESS (jeunes/parents/associations/entreprises) vont se rencontrer pendant la durée du projet en Angleterre, au Portugal et en France.

Ces rencontres visent à permettre la création d’un guide de bonnes pratiques pour les associations et les entreprises. Pour les jeunes et leurs parents, partir en groupe permet aussi de sortir de son quotidien, d’aller à la rencontre d’autres jeunes et parents avec une culture et une langue différentes.

L’équipe du GEIST en Mayenne accueille cette semaine les partenaires européens et me permettent de les suivre lors de leurs activités. Je reviendrais vous parler de mes observations et de mes rencontres avec des mamans d’Europe anglaises, portugaises et mayennaises.

L’agence Erasmus a édité un guide sur la mobilité européenne pour tous : lien ici.

Et vous les Mamans d’Europe, connaissiez-vous les échanges européens pour la formation? êtes-vous concerné.e par le handicap sur votre lieu de travail? Faites-moi part de vos retours en laissant un commentaire!

Publicités

Aller au bout de son rêve d’Europe?

Hello, hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Aujourd’hui je plonge dans le grand bain, je me lance… je monte ma boîte ! Si vous avez bien suivi, nos pas nous emmenaient vers la Finlande il y a quelques mois de cela. Nous y passions une belle semaine en avril, avec les premiers signes du printemps nordique. Nous nous projetions dans un environnement linguistique et culturel différent du nôtre, mais pas non plus aux antipodes. Puis, le temps des compromis a fait place à un chemin différent, dans une petite ville de province chère à notre coeur : Laval.

Ici, nous vivons un choc positif en comparaison à Nantes et Angers. Les distances ont rétréci au lavage ! Une place en crèche ! 10 minutes à pied pour aller au marché ! mais aussi un inconvénient de taille : pas de médecin aux alentours. Justement au moment où je rédige cet article BB Lou est au lit, malade et je n’ai pas de médecin traitant.  Je crois que c’est la première fois que je suis directement confrontée à cette question du désert médical.

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux (bonjour sur Twitter et Instagram), vous avez pu apercevoir mon dossier de candidature pour le programme ERASMUS Jeunes entrepreneurs. Kezaco?

C’est un programme de mobilité qui permet à un entrepreneur qui a crée son entreprise depuis moins de 3 ans ou à un futur créateur d’entreprise, d’aller en Europe se former dans une entreprise auprès d’un parrain.

Ce programme est peu connu et peu utilisé par la France. Cependant, en Mayenne, le point de contact (c’est à dire la structure qui renseigne les potentiels candidats) est Laval Mayenne Technopole. J’ai ainsi pu avoir un rendez-vous avec la personne en charge du programme et préparé ma candidature (en anglais!) sereinement.

Car oui, j’ai décidé d’aller au bout du rêve…et de partir en Finlande seule. J’ai beaucoup hésité, beaucoup discuté avec mon mari, mon entourage. Mais l’envie d’Europe est bien là. Comme une urgence d’aller vivre ailleurs, de me nourrir d’une autre façon de faire, pour mieux revenir et faire naître mon projet.

En attendant, je vous souhaite une belle journée où que vous me lisiez.

D’ailleurs où êtes-vous ? Connaissiez-vous ce programme européen ?