Mamansdeurope aime

Ce que j’aime dans ma (courte) vie belge

Hello, hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Déjà un mois que je suis installée en Belgique, à Bruxelles plus exactement. Et il est temps de partager avec vous ce que j’aime de ma nouvelle vie ici. Pour rappel, je suis ici pour 3 mois avec le programme européen Erasmus Jeunes Entrepreneurs, et je suis accueillie par Anna Balez et son équipe chez Tale Me.

L’entreprise

Tale Me est le plus grand dressing européen de vêtements éthiques à louer. Je me suis abonnée pour ma fille Lou et je suis ravie de pouvoir échanger ses tenues régulièrement. De la création européenne, de qualité, à louer. C’est vraiment un bon compromis pour adopter une mode durable (slow fashion).

little-pa-eliott_2048x2048
Tale Me collabore avec des créatrices belges comme ici avec Little Panama

Le système est simple et sans déchet. Pour avoir plus d’infos pour vous abonner c’est ici.

Ce que j’aime dans cette expérience c’est de pouvoir avoir accès aux « coulisses » de Tale Me : de la préparation des commandes avec Ben, la gestion des retours avec Laure, l’entretien des vêtements avec Afi tout comme la gestion globale de l’entreprise avec Anna Balez, la fondatrice.

anna_large
Anna Balez, fondatrice de Tale Me – dressing de vêtements enfants et mamans en location

La ville

L’ambiance de Bruxelles me plaît énormément, même si j’ai encore peu de recul pour en parler. J’aime découvrir des quartiers très différents comme les Marolles, très populaire, Saint Gilles et ses cafés hypes, Ixelles et ses boutiques de créateurs. Mais aussi Laeken et son canal, où se trouvent les locaux de Tale Me, à Greenbizz – le lieu de l’économie durable à Bruxelles.

La street food

Bon, ma balance aime moins, mais la street food est vraiment partout ici et à toute heure. Je ne peux évidemment pas ne pas parler des frites. Elles sont vraiment bonnes, comme celle de la Chapelle, de la Maison Antoine ou encore de la Barrière de Saint Gilles. J’ai testé aussi les gaufres et mon cœur balance pour celles de Lièges, plus croustillantes que celles de Bruxelles.

La décontraction

Ce que j’aime beaucoup dans ma vie ici, c’est qu’elle est sans chichis. Les collègues, les personnes dans les transports, au restau parlent vrai et facilement. Il y a moins de « protocole » dans les relations aux autres et une forme d’entraide spontanée. Dimanche dernier, je cherchais mon itinéraire en bus et deux personnes présentes m’ont tout de suite renseignée.

Le non jugement 

J’ai fait le choix de venir seule vivre ici et donc de laisser ma fille avec mon mari, à Laval. Et bien, figurez-vous qu’en Belgique, aucune personne ne m’a jugée pour cela. Les remarques de mes collègues étaient totalement empathiques, alors qu’en France on a plusieurs fois souligné que le rôle d’une mère était auprès de ses enfants. Je crois plutôt que mon rôle de mère est d’être heureuse.

Ne dit-on pas « happy mother, happy child » ?

Et vous les Mamans d’Europe, connaissez-vous Bruxelles ? Seriez-vous prêtes à vivre loin de votre famille même quelques mois ? Dites- moi tout en commentaires. 

Publicités
Vie du blog

Objectif Finlande #1

Bonjour, Hei, Hejsan les Mamans d’Europe,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un projet qui m’occupe le cœur et l’esprit : l’objectif Finlande. Voyez-vous, un bel après-midi d’été est venu le sujet de l’avenir dans notre conversation avec mon mari. « Quels sont nos projets? allons-nous déménager de notre petit (mais cosy) appartement? »…et de fil en aiguille on en est arrivés à …l’objectif Finlande!

Pour être tout à fait honnête, il a été question d’un objectif Suède puis Allemagne. La Suède car nous en gardions un très bon souvenir de voyage (notre premier ensemble). Une société calme, des enfants autonomes et respectés. Nous avions d’ailleurs participé à la projection du documentaire « Si j’aurais su, je serais né en Suède ». Celui-ci montrait comment la violence ordinaire envers les enfants avait été bannie grâce à une loi interdisant tout châtiment corporel et violence verbal envers les enfants. Un électrochoc à la veille où nous-mêmes allions devenir parents.

J’en profite pour vous informer que la réalisatrice propose de réaliser un deuxième opus grâce à un financement participatif. Aidez-la à réaliser ce beau projet, nous avons besoin de mieux connaître des méthodes d’éducation bienveillantes.

L’Allemagne paraissait abordable aussi, car proche en langue et en culture (je parle allemand couramment) et el dorado de l’industrie pour mon mari…mais non, on ne s’y projetait pas. Alors que nous avions tant aimé voyager chez notre voisin d’outre-Rhin.

Une tierce destination?

Finalement, la Finlande s’est comme imposée à nous. On restait au nord, c’est un pays qui utilise l’euro, faiblement peuplé, entouré de nature (lacs et forêts), et surtout : un indice PISA parmi les meilleurs au monde…nous tenions notre destination.

Comment s’y prendre?

Au moment de la décision, j’ai fait ce que je sais mieux faire : activer le réseau! J’avais rencontré un finlandais dans le cadre d’un précédent emploi. Il était sur Linked in, alors je l’ai contacté pour savoir s’il connaissait des structures susceptibles d’être intéressées par mon profil. Il m’a répondu dans la demie-heure en me proposant gentiment de faire circuler mon CV à ses contacts. Le lendemain, j’avais deux propositions !J’ai vraiment dû me pincer pour y croire.

Notre destination s’est affinée avec ma préférence pour l’une des deux offres à…VAASA. Ou VASA. Quoi? Comme les tartines? Non, Vaasa en finnois et Vasa en suédois est une petite ville (60 000 habitants) de la côte ouest de la Finlande, dans la région de l’Ostrobotnie (Pohjanmaa en finnois, Osterbötten en suédois). C’est une région qui a la particularité d’être bilingue, on y parle le finnois ET le suédois de Finlande. Vaasa est située au bord de la mer baltique, le Golfe de Botnie, en face de la Suède, accessible en 3 heures de ferry l’été -l’hiver, le Golfe gèle…

Des Mamans d’Europe en Finlande ?

J’ai déjà pris quelques contacts avec des mamans blogueuses à Vaasa. Si vous me suivez sur Instagram vous avez sûrement vu Tove Susanna, qui fait de sublimes photos de l’archipel de Kvarken. Et je suis en train d’échanger aussi avec Nonnu Neuloja qui fait du tricot. J’espère les rencontrer et vous les présenter ici.

Nous aurons la chance d’être hébergés chez une famille franco-finlandaise (Salut Erwan ! Hei Pia !) et de rencontrer un autre couple franco-finlandais, Stéphane et Heidi, qui nous ont gentiment invités à dîner (Kiitos! /Merci!)

Voilà pour l’origine de l’objectif FINLANDE. Je vous en raconterais un peu plus au fur et à mesure que le projet avance. Mais sachez que nos billets sont pris pour une semaine de découverte de la ville en Avril. Nous y allons avec beaucoup de questions, et espérons revenir avec des réponses pour la suite.

Et vous les Mamans d’Europe, connaissez-vous la Finlande? avez-vous déjà franchi le pas de l’expatriation ou la mobilité européenne comme je préfère l’appeler?

Crédit photographique : Nonnu Neuloja

Mamansdeurope aime

EURES: l’emploi en Europe

Hello, hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Aujourd’hui, je vous parle d’EURES: whaaaaaat?? European Employment Service ou service de l’emploi européen.

Une des plus belles facettes, selon moi, de l’Union européenne c’est la libre circulation des personnes. Oui oui si tu veux aller faire un stage en Lettonie, un voyage en Tchéquie (n’est-ce pas Lili ?), apprendre le finnois…bam ta carte d’identité te suffit.

Je sais qu’au regard des récents événements, le contrôle aux frontières pour des raisons de sécurité intérieure, cela peut en choquer certains. Mais je reste arc-boutée sur le fait que c’est avec la libre circulation qu’on peut vivre l’Europe au quotidien.

Revenons à EURES. Il est possible d’accéder à un base d’emplois dans les 28 pays que comptent l’Union européen. On peut faire une recherche par pays / par type de contrat (CDD/CDI), mais aussi par mots-clés.

Pour ma recherche d’emploi en Suède, en Finlande, en Estonie, Lettonie et Lituanie j’utillise le mot clé « French » ou « English » pour trouver un poste demandant cette compétence.

« My first EURES job »

Cerise sur le gâteau, si tu as comme moi, moins de 35 ans (eh oui l’Europe me considère comme jeune), tu peux bénéficier du programme d’aide « Mon premier emploi EURES ».

Il s’agit d’une aide financière comme la prise en charge de ton transport pour aller passer un entretien dans un autre pays, mais aussi la traduction de tes diplômes dans la langue du pays visé, et sous certaines conditions d’une aide au déménagement si l’entreprise d’accueil de ne le propose déjà pas.

Plus d’information en contactant le conseiller EURES de ton pôle Emploi.

Mon expérience de la mobilité professionnelle

Il y a 13 ans (déjà!), j’ai tenté l’aventure de partir travailler dans un autre Etat membre de l’Union européenne, à savoir la République d’Irlande. J’avais été mise en contact avec un employé d’une entreprise américaine qui fait des photocopieurs, qui ouvrait un centre d’appels européen.

Le métier d’agent de centre d’appels a été une découverte totale, en plus de la partie technique. J’ai été immergée dans la culture d’entreprise américaine (moins de hiérarchie, beaucoup de procédures standardisées). Mais j’ai beaucoup aimé faire ce travail.

Mon équipe était jeune et dynamique, francophone, au milieu d’un étage où se cotoyaient les Italiens, les Allemands, les Flamands, les Nordiques.

J’en garde un très bon souvenir et de belles amitiés (Hallo Manja, Ciao Silvia). Et je pense que si je n’avais pas eu cette première expérience positive à l’âge de 20 ans, la question de renouveler l’aventure, en famille cette-fois, ne se poserait même pas.

Et à l’époque, je parlais l’anglais de façon très scolaire, je ne comprenais pas grand chose à mon arrivée. Mais j’ai beaucoup appris sur place et j’en garde un anglais professionnel.

Et toi, tu as déjà travaillé dans un autre pays que le tiens? tu connaissais EURES? tu as un emploi pour moi en Suède? 😉

 

Vie du blog

Pourquoi Mamans d’Europe?

Bonjour, hello, Hallo, buon giorno, à toutes les Mamans d’Europe.

Pourquoi lancer Mamans d’Europe?

Actuellement en réflexion d’un projet de mobilité européenne pour ma tribu, je surfe la toile à la recherche de bons plans pour choisir LA destination. Et avec 28 Etats Membres dans l’Union européenne, ça en fait des possibilités!

Quel est le pays européen le plus accueillant pour les enfants? Quels sont les politiques familiales les plus innovantes en Europe? Comment maintenir le lien avec la langue maternelle? Autant de questions que je me pose en ce moment et que je souhaite partager avec les Mamans d’Europe.

Qui suis-je?

Trentenaire, européenne convaincue, Maman de BB Lou, je fais partie de la génération ERASMUS qui considère l’Europe comme un immense terrain de jeu. A l’arrivée de notre BB Lou, avec mon mari, nous voulons tenter l’aventure européenne à trois. Avec 28 Etats Membres dans l’Union européenne, ça en fait des possibilités. Quelle sera notre destination? Avez-vous des bons plans, partagez-les avec Mamans d’Europe.

Mon engagement:

Tenir mon blog à jour à mesure de mes recherches. Mes propos n’engagent que moi, je respecte l’avis des autres et remercie les lecteurs de respecter le mien.