Vie du blog

Objectif Finlande #1

Bonjour, Hei, Hejsan les Mamans d’Europe,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un projet qui m’occupe le cœur et l’esprit : l’objectif Finlande. Voyez-vous, un bel après-midi d’été est venu le sujet de l’avenir dans notre conversation avec mon mari. « Quels sont nos projets? allons-nous déménager de notre petit (mais cosy) appartement? »…et de fil en aiguille on en est arrivés à …l’objectif Finlande!

Pour être tout à fait honnête, il a été question d’un objectif Suède puis Allemagne. La Suède car nous en gardions un très bon souvenir de voyage (notre premier ensemble). Une société calme, des enfants autonomes et respectés. Nous avions d’ailleurs participé à la projection du documentaire « Si j’aurais su, je serais né en Suède ». Celui-ci montrait comment la violence ordinaire envers les enfants avait été bannie grâce à une loi interdisant tout châtiment corporel et violence verbal envers les enfants. Un électrochoc à la veille où nous-mêmes allions devenir parents.

J’en profite pour vous informer que la réalisatrice propose de réaliser un deuxième opus grâce à un financement participatif. Aidez-la à réaliser ce beau projet, nous avons besoin de mieux connaître des méthodes d’éducation bienveillantes.

L’Allemagne paraissait abordable aussi, car proche en langue et en culture (je parle allemand couramment) et el dorado de l’industrie pour mon mari…mais non, on ne s’y projetait pas. Alors que nous avions tant aimé voyager chez notre voisin d’outre-Rhin.

Une tierce destination?

Finalement, la Finlande s’est comme imposée à nous. On restait au nord, c’est un pays qui utilise l’euro, faiblement peuplé, entouré de nature (lacs et forêts), et surtout : un indice PISA parmi les meilleurs au monde…nous tenions notre destination.

Comment s’y prendre?

Au moment de la décision, j’ai fait ce que je sais mieux faire : activer le réseau! J’avais rencontré un finlandais dans le cadre d’un précédent emploi. Il était sur Linked in, alors je l’ai contacté pour savoir s’il connaissait des structures susceptibles d’être intéressées par mon profil. Il m’a répondu dans la demie-heure en me proposant gentiment de faire circuler mon CV à ses contacts. Le lendemain, j’avais deux propositions !J’ai vraiment dû me pincer pour y croire.

Notre destination s’est affinée avec ma préférence pour l’une des deux offres à…VAASA. Ou VASA. Quoi? Comme les tartines? Non, Vaasa en finnois et Vasa en suédois est une petite ville (60 000 habitants) de la côte ouest de la Finlande, dans la région de l’Ostrobotnie (Pohjanmaa en finnois, Osterbötten en suédois). C’est une région qui a la particularité d’être bilingue, on y parle le finnois ET le suédois de Finlande. Vaasa est située au bord de la mer baltique, le Golfe de Botnie, en face de la Suède, accessible en 3 heures de ferry l’été -l’hiver, le Golfe gèle…

Des Mamans d’Europe en Finlande ?

J’ai déjà pris quelques contacts avec des mamans blogueuses à Vaasa. Si vous me suivez sur Instagram vous avez sûrement vu Tove Susanna, qui fait de sublimes photos de l’archipel de Kvarken. Et je suis en train d’échanger aussi avec Nonnu Neuloja qui fait du tricot. J’espère les rencontrer et vous les présenter ici.

Nous aurons la chance d’être hébergés chez une famille franco-finlandaise (Salut Erwan ! Hei Pia !) et de rencontrer un autre couple franco-finlandais, Stéphane et Heidi, qui nous ont gentiment invités à dîner (Kiitos! /Merci!)

Voilà pour l’origine de l’objectif FINLANDE. Je vous en raconterais un peu plus au fur et à mesure que le projet avance. Mais sachez que nos billets sont pris pour une semaine de découverte de la ville en Avril. Nous y allons avec beaucoup de questions, et espérons revenir avec des réponses pour la suite.

Et vous les Mamans d’Europe, connaissez-vous la Finlande? avez-vous déjà franchi le pas de l’expatriation ou la mobilité européenne comme je préfère l’appeler?

Crédit photographique : Nonnu Neuloja

Maman entrepreneure

Bilan Journée #MamanTravaille

Hello, Hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Je suis allée à Paris participer à la journée nationale du réseau Maman travaille. Je vous présentais ce réseau dans un article précédent.

La rencontre avait lieu au Ministère des Affaires sociales de la santé et des droits des femmes, dont la secrétaire générale est Pascale Boistard. Le lieu avait son importance, car il légitimait l’action du réseau de la société civile, organisateur de la rencontre.

Après le mot d’introduction de la secrétaire générale, Marlène Schiappa, Présidente fondatrice du réseau Maman travaille accueillait les participants, une assemblée majoritairement féminine et féministe. Ses mots ont rappelé l’importance de se mobiliser au quotidien pour l’égalité. « Les places en crèche c’est politique » a t-elle martelé. Car la rencontre était aussi l’occasion pour le réseau de faire signer le Pacte Transparence crèche, en présence de trois élus de grandes villes de France (Paris, Bordeaux et le Mans).

Ce Pacte permet aux villes signataires d’afficher en toute transparence les critères d’attribution de places en crèche. Pour éviter de tomber dans le clientélisme. A Bordeaux, c’est déjà le cas comme le soulignait Brigitte Collet, adjointe au Maire de Bordeaux en charge de la Petite Enfance et pédiatre.

La journée a été ponctuée de « Bonheur stories », témoignages poignants comme celui d’Anaïs Lunet, fondatrice de l’agence de Baby-planning BforBaby, qui a partagé son histoire. On peut réécouter ici comment elle s’est sortie « de la cave ».

Puis, on a eu droit à une séquence de stand-up féminin par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, psychologues « positives » et co-fondatrices de la Fabrique à bonheur. Elles nous ont donné la recette pour être heureuse, je suis sympa, je la partage :

  1. S’affirmer
  2. Accepter d’être imparfait ou « Être parfaitement imparfaite »
  3. Penser et organiser son travail autrement
  4. Être authentique

Elles ont dit quelque chose qui m’a beaucoup plu « C’est important d’être gentille, mais attention de ne pas tomber dans le syndrome de Mère Térésa ». Il faut dire STOP avant de s’épuiser, au travail comme dans sa vie privée.

Je retiens aussi la « bonheur story » de Sonia Bellouti, responsable de l’espace bien être Weleda et auteure du livre « Les tétons flingueurs:mon cancer du sein ». Sonia nous a expliqué comment la même journée, elle a appris deux nouvelles décisives : un cancer du sein et le poste de ses rêves. Et comment elle a pu sereinement suivre ses traitements et travailler, soutenue par son employeur.

Voilà pour la matinée, riche en émotions et en histoires de femmes inspirantes. On termine sur une note légère avec l’extrait des deux journalistes du Grand journal de Canal +.

Et toi connaissais-tu la psychologie « positive »? As-tu galéré pour ta place en crèche?

 

 

Maman entrepreneure

Novachild et Babilles

Hello, Hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Aujourd’hui, je voulais te présenter un réseau européen de soutien aux entreprises innovantes en Pays de la Loire: Novachild.

Novachild est une association qui compte 70 membres et réunit les entreprises du secteur de l’enfance en réseau. L’idée de se réunir en réseau permet aux entreprises d’échanger avec des chercheurs mais aussi avec des centres de formation.

Les chercheurs produisent de la connaissance utile aux entreprises pour bien connaître leur marché: nouvelles compositions familiales, démographie, nouveaux usages comme celui du numérique.

Se réunir en « cluster » ou grappe d’entreprises en français facilite les échanges, l’information, l’émergence de projets communs. A ce titre, l’association participe régulièrement à des projets européens comme celui-ci sur la réduction du sel dans l’alimentation des enfants, ou sur un outil d’aide à l’achat en ligne de vêtements à la bonne taille pour nos enfants.

Babilles ou l’aventure de Carine Boutade

Mercredi dernier j’ai eu la chance de rencontrer Carine Boutade, la femme entrepreneure qui se cache derrière la nouvelle marque de petits pots pour enfants « Babilles ».

Partie du constat qu’il était difficile de trouver un petit pot en frais, aussi bon que du fait maison, Carine l’a crée! Elle a passé son CAP cuisine et a été conseillé par Novachild, basée à Cholet pour concrétiser son projet.

Il a fallu trouver un local où cuisiner qui respecte le cahier très strict de la norme « Babyfood » européenne. Cette norme régit les taux de pesticides et nitrates maximum tolérés dans l’alimentation pour enfants.

Il a fallu sourcer des produits bio et frais pour constituer des recettes comme « veau-panais-butternut » ou « carotte-polenta-épinard ». Le veau est local, les légumes sont français. Et le goût est là. Car comme le souligne Carine Boutade « donner à manger à son enfant c’est aussi lui apprendre à reconnaître ce qui est bon pour lui, éduquer son palais ».

Dans la gamme de produit, Babilles propose des purées de carottes, de panais en petit pot de 100g et des plats en pot de 200g. Babilles te propose des recettes sucrées comme le gâteau à la carottes à la farine de châtaigne.

Carine vient de lancer Babilles et on peut retrouver les pots en vente au Ptit air de famille mais aussi à l’épicerie « Saveurs du primeur » (6, place Hérault à Angers).

J’ai pu tester les purées avec BB Lou et selon moi, les plus de Babilles sont:

  • la fraîcheur,
  • la simplicité d’utilisation (au bain-marie ou au micro-ondes),
  • la présentation des purées séparées pour différencier les goûts
  • et la démarche locale de l’entreprise.

Le bémol est le prix (3,45€ à 3,80€), mais utilisé en appoint il est un complément idéal des purées maison.

Longue vie à Babilles et à sa jolie bouille.

Mamansdeurope aime

Journée des parents connectés

Hello, Hallo, buon giorno les Mamans d’Europe,

Le magazine « Paroles de mamans » organise un événement annuel pour réunir les blogueurs du monde de la parentalité, le spot des « efluent » (e prononcé à l’anglaise ;-).

C’est une rencontre qui s’adresse aux blogueurs, mais aussi aux marques de puériculture, alimentation bébé, innovation pour les enfants, services. Apparemment c’est THE PLACE TO BE.

Je n’ai pas décroché mon sésame pour cette année. Moi, baby blogueuse, mais j’ai pu m’inscrire à la rencontre du lendemain, la « Journée des parents connectés » pour les lecteurs de blogs, les « digital mums ». Je suis une lectrice du blog de Maman Floutch qui raconte son quotidien de maman de trois enfants, dont une petite fille « Didou » et des jumeaux trop choupis, BébéLou et BébéChou.

Le programme est une vraie nébuleuse, à part qu’il y aura des ateliers sur l’alimentation bébé avec un chef, des conférences, des animations (une cabine photo)et que ça se passe au Carreau du Temple.

J’ai hâte d’y être, de rencontrer les participants et de revoir PARIS.